Livre jeunesse | Gallimard Jeunesse

Conseils de lecture

Lecture et écrans, comment réconcilier les deux ?

Difficile de faire l’impasse sur les écrans pour un jeune adolescent. Comment partager le temps d’écran avec la lecture pour qu’elle devienne aussi un plaisir et une habitude quotidienne ?

Lecture et écrans, comment réconcilier les deux ?
L’amour de la lecture se cultive dès le plus jeune âge et se nourrit également à l’adolescence. S’il est difficile de demander aux jeunes de se passer d’écrans, les parents peuvent, en revanche, leur présenter les livres comme une alternative ludique, une façon différente d’explorer les sujets qui les passionnent, mais aussi un passe-temps solitaire qui leur permet de trouver des réponses à de nombreuses questions liées à leur âge. Perrine Déprez, psychanalyste en cabinet dans le 10e arrondissement de Paris, nous donne ses clefs pour réussir à concilier écrans et lecture dans les habitudes des adolescents.

En quoi est-ce important de lire des livres à l’heure de l’écran roi ?

La lecture est une belle ouverture sur l’imaginaire, d’une part, et sur le monde, d’autre part… Le monde qui les entoure les adolescents, mais également celui des émotions, de l’intériorité. Les mots du livre invitent chaque lecteur à construire ses propres images, son propre film, l’esprit du lecteur est donc actif. La lecture permet également une très belle inscription de soi : quand vous lisez, vous « êtes », même si votre esprit voyage à travers les mots. Les mots sont précieux : ils nous construisent dès notre naissance, ils sont ce qui permet à chacun d’exister et d’être en relation. Aussi, la lecture permet-elle de découvrir des mots décrivant les émotions, les situations, que chacun peut vivre.

Comment la lecture aide-t-elle à la concentration ?

Alors que l’écran génère d’importants troubles de la concentration, la lecture permet au contraire au lecteur de pouvoir se recentrer, canaliser ses pensées et rendre son appareil cognitif disponible pour les apprentissages. Que se passe-t-il, en effet, lorsque l’adolescent a son regard capté par l’écran ? Son système de pensée est complètement « anesthésié », sidéré par ce flot rapide d’images dont le but est justement d’attirer le regard sur l’écran,
rendant ensuite difficile son arrêt. Le spectateur est alors complètement hypnotisé, dans l’incapacité totale durant plusieurs heures de pouvoir inscrire calmement sa pensée ou d’avoir la disponibilité psychique pour apprendre ou réfléchir. Or, contrairement à l’écran, la lecture demande une vraie présence, une disponibilité psychique du lecteur. Il est impossible de faire autre chose en même temps. Le rythme de sa lecture dépend de sa capacité à intégrer chaque mot du récit et à faire de cet enchaînement de mots une histoire qui prenne sens pour lui. Cette présence concentrée sur une activité permet au lecteur de se poser et prépare l’appareil cognitif à la possibilité d’acquisition de nouvelles connaissances.

Comment stimuler le désir de lire chez un adolescent ?

Pour faire naître le désir de lecture chez un adolescent, il faut déjà partir à sa rencontre. Qui est-il ? Quel est son univers ? Qu’aime-t-il ? Quels sont ses questionnements sur le monde et les autres ? En le découvrant lui, l’adulte saura trouver le livre qui correspondra à ce qui occupe aujourd’hui ses pensées. L’amour de la lecture vient en lisant : le choix des premiers livres est donc déterminant. L’adolescent doit se sentir libre dans son choix de lecture et non jugé.

Si vous deviez donner trois clefs pour donner envie de lire à un adolescent ?

1- Lire soi-même en tant que parent et ne pas être sans cesse sur un écran. La notion d’exemplarité est très importante chez l’adolescent.
2- Lire doit être un plaisir et non une obligation. Le choix du livre doit s’inscrire dans son univers à lui et non l’inverse.
3- La lecture est une activité solitaire, qui permet d’entrer dans une espèce de bulle. En revanche, le récit peut ensuite être partagé, discuté avec d’autres. Le parent peut donc ainsi soutenir son enfant lecteur en s’intéressant à son livre. « Où en es-tu dans ton histoire ? », « Que se passe-t-il ? »… C’est une jolie manière de s’intéresser à lui, et cela est très précieux, surtout durant l’adolescence.

La lecture peut être une alternative ludique aux écrans : comment le faire comprendre aux plus jeunes ?

Avant d’être une activité solitaire, la lecture est une activité partagée avec des adultes, qui racontent l’histoire. Si l’enfant a senti du plaisir du côté du parent lors de ces moments de lecture, il saura s’en saisir plus tard. Si l’enfant a senti que le parent lui lisait des histoires comme une tâche supplémentaire à effectuer, ce sera beaucoup plus difficile pour lui de rechercher ensuite seul un plaisir qu’il n’a pas ressenti avant. Je le répète : l’amour de la lecture se transmet. Ensuite, je le répète aussi, l’enfant doit avoir la possibilité de choisir ses lectures. Certains aiment les mangas, d’autres les récits d’enquêtes, d’autres encore les histoires fantastiques. Ils peuvent également avoir envie de découvrir la vie de leur chanteur préféré ou un pays dans lequel ils rêveraient d’aller.… dans tous les cas, l’enfant doit se sentir libre de se saisir de la lecture à sa façon.

On peut évidemment concilier écrans et lecture : comment faire cohabiter les deux dans les habitudes de nos adolescents ?

Il est important de circonscrire l’utilisation des écrans dans un temps déterminé. Les adolescents sont des êtres qui, progressivement, deviennent relativement autonomes, mais ils ont encore besoin d’un guide qui énonce des limites claires qui les protègent et les rassurent. Aussi, je déconseille fortement de commencer la journée avec l’écran et de la
terminer au lit avec son écran. Lire facilite grandement l’endormissement : or, les adolescents, de par leurs questionnements, peinent souvent à trouver le sommeil. Autant l’écran les maintient dans une forme d’excitation, de mise en éveil permanente, autant la lecture apaise et repose le regard.

Retrouvez Perrine Déprez sur son compte Instagram @perrineschum