Livres bébé | Gallimard Jeunesse

Conseils de lecture

De 0 à 1 an : pourquoi lire des livres avec nos bébés ?

Rituel sacré au moment du coucher ou temps d’éveil et de jeu avec son bébé : la lecture, dès le plus jeune âge, apporte beaucoup plus à notre enfant qu’on ne l’imagine.

De 0 à 1 an : pourquoi lire des livres avec nos bébés ?

À un âge où il esquisse à peine ses premiers sourires, où les premières fois s’enchaînent et le conduisent d’une découverte à une autre, on peut se demander ce qu’apporte la lecture à un tout-petit. On a posé la question à Maelys le Levreur, éducatrice de jeunes enfants, éducatrice Montessori et directrice de crèche.

 

La lecture pour favoriser les liens d’attachement

Peut-on lire avant de savoir lire ? Peut-on écouter une histoire avant même d’en comprendre les mots et les images ? Oui. La réponse est unanime, qu’elle vienne des linguistes, psychiatres ou spécialistes de la petite enfance. « On peut commencer dès le deuxième mois de la vie à lire avec son enfant », explique Maelys le Levreur, qui précise que la lecture, ici, signifie « entendre le son de la voix de son parent, reconnaître une mélodie déjà connue depuis la vie in utero, et renforcer ainsi le lien d’attachement avec lui. » On comprend alors que ce n’est pas tant le livre et son contenu qui jouent un rôle de premier plan que le moment partagé entre le parent et son bébé. Les premiers liens d’attachement se nouent par la voix qui apaise et le toucher qui rassure, un moment de lecture satisfait les deux aspects : « Quand on lit, on est proches, on a son bébé dans les bras, le temps de la lecture représente une bulle de plaisir, pour le parent comme pour le bébé. Il n’y a rien que l’enfant souhaite plus que d’avoir ce type de moment privilégié avec ses parents. »

Lire pour lui ouvrir les portes du langage

Les neurosciences ont permis de découvrir que les fondements de l’apprentissage de la langue prenaient racine dès les premiers contacts avec la voix des parents, pendant la grossesse et les premiers mois de la vie. On conseille donc à ceux-ci de parler sans retenue à leur bébé, pour l’aider à enregistrer les bases de sa langue, sa grammaire et son lexique. La lecture contribue à cette entrée dans le langage, souligne Maelys le Levreur : « Il n’est pas évident pour tous les parents de parler à leur bébé, et, quand on le fait, on a tendance à lui dire toujours les mêmes choses. La lecture permet d’enregistrer de nouveaux sons et phonèmes, d’acquérir du vocabulaire, d’ouvrir sur d’autres mots. Par ce biais, le tout-petit entend aussi la musique de sa langue, grâce aux tonalités, aux expressions, à toutes les sonorités que l’on va mettre dans notre lecture. » Une raison de plus pour les adultes lecteurs de jouer les acteurs, sans craindre les exagérations et les variations de voix : la lecture un peu théâtralisée ne peut que renforcer l’envie des tout-petits de rentrer dans l’histoire et, le moment venu, de nous imiter pour former leurs premiers mots…

Un rituel à partager

Puisque tout l’intérêt du rituel réside dans la présence et l’interaction avec l’adulte qui lit, l’éducatrice insiste souvent auprès des jeunes parents : surtout pas de pression, ces moments de lecture doivent être une source de plaisir pour eux aussi. « Nous sommes le meilleur des jouets pour notre enfant », ajoute-t-elle, et si le lecteur s’amuse, le bébé aussi… « En effet, ce qu’un bébé, avant 2 ans, comprend d’une histoire, c’est l’émotion que l’on met dedans. Votre enfant vous connaît par cœur – vos expressions, votre voix et vos intonations –, et si vous vous enthousiasmez pour quelque chose, il vous suivra les yeux fermés. » D’où le conseil de l’éducatrice de ne jamais se forcer, et de choisir pour son enfant des livres qu’on aime et qui nous font du bien.

Choisir ses premières lectures au fil des mois

Pour se repérer dans les rayonnages de la librairie ou de la bibliothèque, Maelys le Levreur nous donne quelques repères, tout en conseillant de se fier à nos enfants et à nos propres envies.

« En pratique, avant 6 mois, on peut proposer à son bébé deux types d’ouvrages : des livres colorés et cartonnés avec des contrastes, et des livres à toucher. » Des livres-objets qui seront d’abord portés à la bouche pour être mieux appréhendés par le bébé à cet âge-là, inutile donc d’essayer de l’en empêcher ! « Pour la lecture du soir, on peut opter pour des albums plus longs ou plus étoffés : des histoires réconfortantes. Si votre bébé de quelques mois ne comprend pas les subtilités du récit, il est capable de ressentir la déclaration d’amour que vous lui faites en la lisant. »

« Après 6 mois, un bébé appréciera les redondances et les répétitions qui sont souvent privilégiées par les auteurs de littérature enfantine, et il aimera d’ailleurs relire chaque jour les mêmes albums. Comme pour se rassurer et, au passage, mémoriser les phrases au mot près… » L’éducatrice conseille donc de ne pas modifier le texte à la lecture et de respecter la mélodie du récit. Enfin, « vers 8-9 mois, il va commencer à s’identifier aux personnages, puis vers un an et demi, il vous dira “encore”. Le signe que l’histoire lui a apporté beaucoup, bien plus que vous ne l’imaginez ».

 

Maelys le Levreur, éducatrice de jeunes enfants et éducatrice Montessori, accompagne les jeunes et futurs parents lors de coachings et propose des conférences sur la parentalité dans les entreprises. Plus d’informations sur son blog et son compte Instagram @mylittlecoaching