livre estime de soi - confiance en soi | Gallimard Jeunesse

Conseils de lecture

3-6 ans : Comment favoriser l’estime de soi de nos enfants ?

Oser affronter la vie et partir explorer le monde, apprendre que l’on est « capable », se sentir en accord avec ses valeurs : favoriser leur bonne estime de soi, c’est offrir à nos enfants un socle solide pour avancer sereinement dans la vie. Pour les accompagner dans cette voie et les aider à s’apprécier, la lecture est un outil précieux.

3-6 ans : Comment favoriser l’estime de soi de nos enfants ?

Ça veut dire quoi, avoir confiance en soi ?
La confiance en soi est une notion subjective, difficile à définir et d’autant plus à inculquer. « Je dirais qu’avoir confiance en soi, c’est être sûr de ses capacités, de ses valeurs, et savoir que l’on est une bonne personne », avance Aurélie Callet, psychologue clinicienne. C’est aussi une notion qui se définit par rapport à l’autre : quand on n’a pas confiance en soi, c’est qu’on s’estime moins capable que les autres ou qu’on pense que les autres ne nous sentent pas capable. 
La confiance en soi est-elle innée ? « Il n’y a pas de règle : certains parents optimiseront tout pour que leur enfant ait confiance en lui, ce qui peut fonctionner ou non ; d’autres enfants ne manquent pas d’estime d’eux-mêmes sans pour autant avoir été encouragés par leurs parents… », observe la psychologue.

« Avoir confiance en soi, ça s’apprend »
Innée ou non, la confiance en soi s’apprend, ce qui est une bonne nouvelle pour tous les enfants trop timides, ceux qui manquent d’assurance ou ont tendance à se dévaloriser. Et les parents ont un rôle primordial à jouer dans la construction de leur appréciation d’eux-mêmes.

Les livres qui accompagnent nos enfants
Les livres sont les meilleurs alliés de nos enfants pour développer leur estime d’eux-mêmes : véritables miroirs de leurs émotions et de leurs découvertes, ils proposent à travers les personnages de papier les problématiques des enfants : « Ils rencontrent à travers ces héros et ces histoires des exemples en dehors de la sphère familiale. Cette distance leur permet de mieux verbaliser leurs peurs, leurs blocages, et de se projeter plus facilement », décrypte Aurélie Callet.
Pour les plus petits, il s’agira souvent d’apprivoiser les peurs, pourquoi pas avec un livre à toucher comme N’aie pas peur petit coquin, joliment illustré par Camille Chincholle. À partir de 3 ou 4 ans, on pourra évoquer avec eux la notion de différence et leur faire comprendre que chacun peut développer ses propres talents, on mise alors sur des albums poétiques et ludiques comme L’oiseau qui ne savait pas chanter de Satoshi Kitamura, Les oiseaux d’Adel de Fatima Sharafeddine, illustré par Sara Sanchez, ou Le permis d’être un enfant de Martin Page et Ronan Badel.

« Les livres plantent des graines »
Au fil des histoires, les enfants comprennent que leurs émotions et leurs sentiments sont universels, qu’ils ne sont pas seuls à éprouver la honte, la peur, l’impression d’être moins fort ou moins bien que les autres : ça aide à gagner en confiance ! Certains livres sont ainsi de véritables invitations à l’introspection pour aider nos enfants à mieux se connaître et mieux s’accepter : Ma sorcière et moi de Giovanna Calvino, illustré pat Iris de Moüy, Le cœur sur son visage d’Arnaud Alméras, avec les illustrations de Robin, ou encore Poussière d’étoile de Jeanne Willis, avec les dessins de Briony May Smith.
Le livre est par ailleurs un formidable support de discussion avec les parents, ce qui est essentiel pour la construction de soi : verbaliser, se comparer, mettre des mots, cela les aide à grandir sereinement. « Les livres plantent des graines » conclut la psychologue. À vous de les semer.