à partir de 12 ans

Les malheurs de Sophie

D'après l'œuvre de la comtesse de Ségur

Couleurs de Clémence Sapin

La petite Sophie de Réan ne manque pas d'idées pour occuper ses journées : couper les poissons adorés de sa maman avec son nouveau couteau, laisser fondre sa poupée au soleil puis l'enterrer dignement, plonger les pieds dans la chaux, laisser échapper un poulet qui sera dévoré par un vautour... Son cousin Paul tente de la remettre dans le droit chemin, sans beaucoup de succès. Alors pleuvent les châtiments.
Manuel d'éducation pour petite fille turbulente, le texte de la comtesse de Ségur est un mélange unique de dureté, de tendresse et d'humour.
  • Acheter

    • Livre imprimé 14 €

    • Livre numérique 5 €

  • Détails
      • 48 pages Couverture souple 230 x 310 mm

        ISBN : 9782070696840

        Date de parution : 14/02/2013

Feuilleter

La presse en parle

«Après avoir adapté Jules Verne ("Une fantaisie du docteur Ox"), Mathieu Sapin s'attaque à un monument de la littérature pour la jeunesse. Son trait faussement naïf et le rythme échevelé qu'il imprime aux (més)aventures de Sophie modernisent un récit qui, reconnaissons-le, en a bien besoin pour séduire les jeunes lecteurs d'aujourd'hui.» (20 minutes).


«Opération de rajeunissement de la séculaire et désuète comtesse de Ségur assez bien réussie. Le graphisme de Mathieu Sapin perd en rudesse et adopte une forme de retenue, bénéficiant aussi des bienfaits d'une mise en couleurs pleine de fraîcheur» (DNA).

«Mathieu Sapin, heureusement, privilégie le dessin lâché au réalisme frou-frou et l'anachronisme à la reconstitution historique. Bref : il use d'un ton décalé n'ôtant rien à l'inventivité mignonne de Sophie, tout en ridiculisant les discours moralisateurs de la comtesse. Une adaptation, au sens premier du terme» (SPIROU).

«Mathieu Sapin réussit à redonner un brin de modernité à la petite Sophie qui cumule les bêtises. L'époque corsetée du second Empire ne laissait guère de place à la fantaisie, mais la fillette a plus d'un tour dans son sac pour rompre la monotonie de sa vie bourgeoise. Le dessin simple et expressif du dessinateur de "Supermurgeman" rend cette gamine attachante malgré les années de décalage et sa robe rose» (DDB).

«Revu mais pas corrigé, c'est cruel et savoureux et toutes les émotions fortes propres à l'enfance sont abordées avec humour et décalage» (Le Dauphiné libéré).