Peau d'âne

D'après l'œuvre de Charles Perrault

Sur son lit de mort, la reine fait promettre au roi de ne se remarier que s'il trouve femme plus belle qu'elle. Mais, dans tout le royaume, il n'en est qu'une dont la beauté soit si grande: sa propre fille. Robes couleur de temps, de lune ou de soleil, la princesse demande l'impossible à son père pour échapper à cette union...
"Le grand Baudoin livre une version singulière et inspirée du conte populaire :
«Étant donné ma propension naturelle à l'autobiographie, je me suis mis en scène en train de raconter une histoire à ma propre fille (...) En alternant les niveaux de lecture, j'ai veillé à créer une musique, un peu comme une chanson : les couplets, c'est le conte proprement dit, et mes apparitions en conteur forment le refrain, avec en prolongement les rêves de la petite fille, et la ritournelle finale ""avec impatience elle attendait le lendemain soir""» Edmond Baudoin dans ""Casemate"", janvier 2010.

Titre recommandé par le ministère de l'Éducation nationale, pour le cycle 3 (en classe de CM1, CM2)."
  • Acheter

    • Livre imprimé 14.1 €

    • Livre numérique 5 €

  • Détails
      • 62 pages Couverture cartonnée 230 x 310 mm

        ISBN : 9782070628001

        Date de parution : 21/01/2010

Feuilleter

La presse en parle

«Les peintures d'Edmond Baudoin sont féeriques, et donnent vie et profondeur aux personnages» (Coup de cœur BDCaf'Mag, janvier 2010).

«Baudoin, l'homme aux trois Alph-Art, brode un "Peau d'âne" riche, personnel, dans lequel la princesse préfère une petite maison dans la clairière à son château» (Casemate, janvier 2010).

«Connu pour ses magnifiques tranches de vie et ses récits d'errance hallucinés, Edmond Baudoin change de registre en abordant un conte de fées auquel il donne une étonnante profondeur» (L'Express, janvier 2010).

«Cette adaptation marche du tonnerre et la magie prend» (Page, janvier-février 2010).

«Peau d'âne est transformé. Magnifique!» (DBD, février 2010)

«Terriblement noir, ce conte, critique d'une facette trouble du genre humain sous la plume de Charles Perrault, devient une épopée fantastique sous les pinceaux d'Edmond Baudoin. Avec ses couleurs, l'auteur ajoute sa propre poésie à celle déjà présente dans le texte original» (DBD, février 2010).

«Au moyen de son trait vif et coloré, [Edmond Baudoin insuffle à Peau d'âne] tout son génie et son ingénuité» (Direct matin plus, février 2010).

«C'est un véritable hommage à la peinture que nous offre l'artiste niçois. Une adaptation originale» (Parole).