Le gagnant du concours du premier roman jeunesse

En janvier 2018, Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama ont lancé la troisième édition du concours, ouvert à tous ceux qui rêvent d'écrire pour la jeunesse.
Parmi plus de 900 manuscrits, un jury composé d'éditeurs, d'auteurs, de journalistes, de libraires et de blogeurs a désigné le gagnant :

 

© Jérémie Coris

Norman n'a pas de super-pouvoir

de Kamel Benaouda

 

LE ROMAN

Dans le monde de Norman, chacun possède un don spécial: vision nocturne, télépathie, respiration sous l'eau, invisibilité ... Or ce matin, au collège, Norman doit passer le test qui révèlera à la terre entière qu'il n'a aucun pouvoir. Pour échapper à cette humiliation, une seule solution: tricher! Avec ses amis Agathe, Franck et Jibril, il monte un plan des plus périlleux ...
Norman n'a pas de super-pouvoir est une parodie inventive et bourrée d'humour qui mêle la vie au collège, l'action et le grand spectacle.
Il succède à La Passe-Miroir de Christelle Dabos, révélée en juin 2013 et aux Mystères de Larispem de Lucie Pierrat-Pajot, grand gagnant en avril 2016.

155 x 225 mm, 320 pages, 14,50€ - À partir de 10 ans.

L'AUTEUR

Originaire d'un quartier défavorisé de Lyon, Kamel Benaouda grandit au sein d'une famille de huit enfants. Il suit des études de lettres modernes tout en écrivant pour le plaisir des nouvelles et des romans. Âgé de 36 ans, il enseigne aujourd'hui le français dans un lycée près d'Angers, où il vit avec sa compagne et leurs quatre filles.

Questions à Kamel Benaouda

Quels sont les cinq livres qui ont marqué votre enfance ?
Question difficile ... Par ordre croissant d'importance, je dirai: Jules Verne, 20000 lieues sous les mers, Mark Twain, Les aventures de Tom Sawyer , les livres d'Anthony Horowitz, en particulier Ennemi public n°2 (plus encore que Le Faucon malté, qui le précède), L'Odyssée d'Homère, et d'une manière générale, les contes et la mythologie de différentes cultures, Loïs Lowry, Le Passeur.

Comment vous est venue l'envie d'écrire ?
Je ne suis pas très original, mais c'est à force de lire que m'est venue l'envie d'écrire. Les livres ont tellement apporté à mon enfance que j'ai eu envie de« rendre» ce qui m'avait été si généreusement offert. J'ai longtemps cru que ce n'était qu'un passe-temps, avant de comprendre qu'il s'agissait surtout d'un besoin. Je ressasse des histoires et elles m'obsèdent jusqu'à ce que je les ai couchées sur papier.

Pourquoi avez-vous participé au concours?
Une amie, qui écrit aussi, m'expliquait que les appels à textes et les concours étaient une bonne manière de se faire connaître ... Je la remercie aujourd'hui! Le hasard a voulu que je termine mon roman quelques mois avant la date butoir du concours, ce qui m'a laissé le temps de corriger l'ensemble.

Où avez-vous trouvé l'inspiration pour écrire cette histoire?
Les super-héros, que l'on voit partout, et qui ont d'ailleurs fait partie de mon enfance, présentent une limite qui m'a toujours frustré : ils ont tendance à rendre la réalité fade et sans intérêt. J'ai donc eu envie d'écrire une histoire qui parodie cet univers et soit, d'une certaine manière, une célébration de l'ordinaire.

Racontez votre livre en une phrase
J'aime bien la manière dont l'équipe de Gallimard l'avait formulé: «Dans le monde de Norman, chacun est doté d'un super-pouvoir ... sauf Norman. Avec l'aide de ses copains, il va s'efforcer de faire croire qu'il n'est pas différent des autres».

Qui a été votre premier lecteur ?
Mes deux filles aînées, qui avaient 9 ans à l'époque. Pour savoir si, objectivement, mon roman valait le coup d'être proposé au concours, j'ai réalisé une fausse édition du livre, avec un faux nom, et je le leur ai fait lire en faisant croire que je l'avais acheté en librairie. Quand elles m'ont conseillé de le lire à mon tour en m'expliquant que c'était prenant et drôle, j'ai su qu'il avait ses chances ...

BILAN DE LA PARTICIPATION

924 manuscrits reçus !
Les textes :
• 70% des romans reçus s’inscrivent dans le genre «fantastique» (paranormal, SF, dystopie, Heroïc fantasy)
Les participants :
• 80% de femmes et 20% d’hommes
• tranche d’âge majoritaire = 18-35 ans
• 15% ont moins de 18 ans
• 65% des participants habitent en province
• 25% habitent Paris ou la banlieue parisienne
• 10% habitent à l’étranger ou dans les Dom-Tom
(ces statistiques sont des approximations)

LE JURY

Il se compose d’éditeurs, de journalistes, de libraires, d’auteurs, d’une blogueuse et d’une booktubeuse :

  • Michel Abescat, rédacteur en chef, Télérama
  • Adeline Bourdon, libraire jeunesse, librairie Dialogues à Brest
  • Thierry Laroche, directeur éditorial, Gallimard Jeunesse
  • Isabelle Stoufflet, éditrice, Gallimard Jeunesse
  • Jérémy Le Pouezard, libraire jeunesse, librairie Le Divan à Paris
  • Erik L’Homme, auteur
  • Laurent Marsick, journaliste, RTL
  • Hedwige Pasquet, présidente, Gallimard Jeunesse
  • Lucie Pierrat-Pajot, auteure et lauréate de la 2e édition du concours
  • Audrey Tribot, booktubeuse et membre de la rédaction du webzine On lit plus fort
  • Fanny Vogler, blogueuse et chroniqueuse du webzine On lit plus fort

LES PARTENAIRES

Avec le concours du premier roman, Gallimard Jeunesse s’inscrit pleinement dans son rôle d’éditeur et de découvreur de nouveaux talents : stimuler la créativité et l’imaginaire des écrivains, accompagner et conseiller dans l’exercice de l’écriture, éditer de nouveaux auteurs et révéler leur travail auprès du plus grand nombre, promouvoir leurs textes sur le long terme.

Depuis toujours, RTL – première radio de France – suit de près l’actualité culturelle, en particulier dans son émission quotidienne Laissez Vous Tenter du lundi au vendredi de 9h à 9h30. RTL a ainsi choisi de s’associer de nouveau au Concours du premier roman jeunesse qui rejoint deux des objectifs de cette émission : promouvoir les nouveaux talents, et faire découvrir aux auditeurs des œuvres de qualité.

À Télérama, les livres jeunesse sont traités comme des grands. Depuis quatre ans, nous avons ajouté une page « Enfants » à notre cahier critique. Chaque semaine, Télérama publie ainsi le compte-rendu d’un roman ou d’un album jeunesse.
Et depuis novembre 2017, une rubrique directement intégrée dans Télérama.fr permet à tous les parents de retrouver l’ensemble de notre offre éditoriale consacrée aux jeunes. L’enjeu pour nous est majeur, culturel autant que démocratique.
La transmission est au cœur des valeurs de Télérama, celle du plaisir de la lecture en particulier. Voilà pourquoi nous renouvelons notre engagement, avec Gallimard Jeunesse et RTL, dans ce Concours du premier roman jeunesse.
Avec la force de l’évidence.

Découvrez le portrait de Kamel Benaouda, lauréat de la troisième édition du Concours du premier roman jeunesse :