Quentin Blake

Quentin Blake

Quentin Blake est né non loin de Londres, en 1932. Il était encore écolier lorsque le célèbre magazine humoristique "Punch" publia pour la première fois un dessin de lui. Ses premières illustrations pour enfants datent de 1960 et son œuvre, qui compte aujourd'hui plus de 250 livres, en fait l'un des illustrateurs les plus célèbres et les plus appréciés au monde.
Sa collaboration étroite et complice avec Roald Dahl a marqué des millions de jeunes lecteurs. Comme le dit Roald Dahl lui-même : «Ce sont les images de Quentin Blake plutôt que mes descriptions qui donnent vie à mes personnages, ce sont les visages et les silhouettes qu'il a dessinés qui restent dans la mémoire des enfants du monde entier.»
Il a été associé à de nombreux auteurs modernes comme John Yeoman et Russell Hoban, ou anciens, comme Charles Dickens. Il illustre aussi ses propres textes, et son œuvre littéraire personnelle est très importante.
Quentin est aussi le Professeur Blake, qui a longtemps dirigé le département Illustration du Royal College of Art –l'équivalent anglais de nos Beaux-Arts. Il a quitté cette fonction il y a une dizaine d'années pour se consacrer à l'illustration et pour passer de plus en plus de son temps en France, dans la maison qu'il a achetée dans le Sud-Ouest, et dans les bibliothèques et écoles de l'Hexagone où il est souvent invité.
Cet éternel adolescent au regard pétillant et malicieux aime partager ses réflexions et expériences sur l'illustration, donnant avec clarté et modestie quelques-unes des clés de son style enlevé, élégant, vif, à l'esprit et à l'humour inimitables.
Il est devenu, en 1999, le premier Ambassadeur du livre pour enfants ("Children’s Laureate"). Nommé Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres en 2002, il a aussi reçu le Prix Andersen 2002, «prix Nobel» du livre de jeunesse. En 2007, Il est également nommé Officier des arts et des lettres.
- La complicité avec Roald Dahl
Roald Dahl travaillait, depuis 1976, avec celui qui était devenu son complice, Quentin Blake. L’illustrateur prolonge les textes, les faisant dialoguer avec les dessins. Quentin Blake raconte : «Roald Dahl avait comme moi la capacité d’imaginer des situations surréalistes (un lavabo jeté d’une fenêtre, un plat de spaghettis en vers de terre). Il avait la capacité de créer un univers imaginaire imprégné d’une dimension poétique. L’ambiance de ses livres oscille entre l’insolite et le réalisme. Ce sont des contes à la fois baroques et émouvants, traités d’une manière comique, qui nécessitent des équivalents graphiques porteurs d’une sensibilité...»
- Vous pouvez consulter le site : www.quentinblake.com



 autour de l'auteur

  • 07/05/2014

    "Quentin Blake le crayon né"

    Libération a rencontré Quentin Blake dans son atelier londonien et lui consacre un très bel article.

  • 22/10/2012

    Quentin Blake sur France Culture

    L'émission L'Atelier de la création, diffusée sur France Culture, consacre deux portraits à Quentin Blake, les 23 et 25 octobre à 23h.

  • Quentin Blake anobli par la Reine d'Angleterre
    02/01/2013

    Les honneurs de la Reine...

    L'année démarre bien ! Le grand illustrateur Quentin Blake, du haut de ses 80 ans, vient d'être anobli par la Reine d'Angleterre. Toutes nos félicitations !
    Ré-découvrez, ou découvrez, toute son œuvre.

  • Quentin Blake à l'honneur dans "Le Monde des livres".
    02/01/2013

    La magie Blake

    Quentin Blake à l'honneur dans "Le Monde des livres".

Comme le dit son ami, l'illustrateur Philippe Dumas : «Quentin Blake a été un enfant prodige. Aujourd'hui (et ce n'est pas son moindre mérite) il l'est toujours.»
Et comme l'ajoute Florence Noiville du "Monde" : «Bigre, quel grand art! Et dire que tout cela paraît simple!»
«J'illustre aussi bien les œuvres des autres que mes propres textes. L'un des aspects de mon métier qui m'intéresse le plus est de travailler avec les auteurs ou même, mieux, avec leurs manuscrits. Mon travail avec le texte peut alors se comparer à ceux de metteur en scène et acteur d'une pièce. Mes dessins tentent d'exprimer le mouvement plus que la substance» (Extrait d'une interview de Quentin Blake).
Quentin Blake nous parle de la relation vitale entre l’illustration et le texte dans une interview pour "BooktrustedNews" :
«À quoi sert un livre sans les illustrations ou les conversations?, se demande Alice.
En effet, ce sont les illustrations que l’on voit en premier. Lorsque l’enfant qui apprend à lire voit devant ses yeux se dérouler une histoire attirante, il ressent l’urgence de savoir ce que ces signes alignés en noir et blanc signifient. La plupart des illustrateurs pour enfants doivent avoir vécu des expériences similaires aux miennes : regarder un enfant tourner les pages et réciter par cœur les mots qu’il ne sait pas encore lire…
Mais les images dans les livres ont des fonctions au-delà de l’identification et de la motivation. Ils sont une autre façon de raconter une histoire. Je me souviens en avoir vécu l’expérience immédiate lorsque j’ai arrêté d’écrire le texte pour l’album "Clown" et découvert que je pouvais (comme d’autres l’ont fait avant moi) raconter l’histoire en images. Plus communément, les mots et les images racontent l’histoire dans deux langues, le visuel étant une source différente d’éclairage qui crée l’atmosphère, le mouvement, l’expression. Les images, comme les mots, peuvent donner le rythme et la mesure et peuvent attirer notre attention ici et là. Les mots et les images peuvent également dire ensemble deux versions différentes d’une histoire comme je l’ai appris dans "Les Cacatoès". Les mots racontent l’histoire du point de vue du Professeur Dupont (hélas, plutôt limité). Alors qu’en lisant les images, nous pouvons savourer une version plus large et plus précise que nous partageons avec les dix animaux domestiques en rébellion. Ces effets et d’autres, comme la disposition de la narration visuelle sur la page par exemple, sont ceux dont l’illustrateur dispose pour la scène d’ouverture d’un texte, comme un réalisateur lorsqu’il adapte son interprétation d’un script. Il est littéralement capable de montrer la forme et la structure d’une histoire, d’une intrigue. Bien entendu les illustrations d’un livre ont leur existence individuelle et leurs propres valeurs.
Lorsque le verbe fonctionne sans aucune aide extérieure, le visuel ne devrait pas être exclu ou retiré. Ces illustrations nous auront plongés dans une éducation visuelle; leur diversité nous aura préparés à faire face à la gravité de Piero della Francesca, à la bravoure très picturale de Rubens, à l’énergie mercurienne de Picasso et nous auront fait prêter attention à la nature du design si nous y sommes confrontés plus tard en tant que spectateur ou professionnellement. Comme le remarquait récemment le directeur du musée du Petit Palais à Paris : "Ce qui m’a poussé dans un musée fut de regarder les dessins animés".»



 ses ouvrages