Livre Je serai vivante | Gallimard Jeunesse

à partir de 13 ans

Je serai vivante

Une adolescente victime d'un viol fait sa déposition à la gendarmerie. Un cris de souffrance et de révolte.

«Depuis que je suis entrée dans votre bureau étriqué, Monsieur l'officier, vous attendez une jupe en lambeaux, du sang sous les ongles et des témoins. Je crois que vous auriez préféré une foule rugissante devant mon corps dévoré par des chiens haineux; leurs babines rosies de moi; mes os à vos pieds. Des preuves à récolter. Un viol à voir. Moi, j'aurais préféré ne jamais me rendre sous le cerisier, il y a trois mois, en avril dernier.»
Par l'autrice de Milly Vodovic, Prix Sorcières 2019.
  • Acheter

    • Livre imprimé 9 €

    • Livre numérique 5 €

  • Détails
      • 128 pages Couverture souple 130 x 200 mm

        ISBN : 9782075157445

        Date de parution : 24/06/2021

Feuilleter

La presse en parle

«Le souffle de ce texte en forme de déflagration poétique, sa foce et sa beauté élèvent ceux qui le reçoivent. Loin de les écraser, il les porte vers la lumière» (TTT - Télérama).

«Le résultat est âpre, il met parfois mal à l'aise. Mais, petit à petit, le lecteur s'approche de cette jeune fille, la regarde avancer vers sa vie... Et la littérature prend toute sa dimension» (Le Monde).

«Nastasia Rugani relève ici avec une remarquable et fascinante puissance descriptive le considérable défi de témoigner avec pudeur et intelligence la douloureuse expérience de destruction intérieur d'un viol sur une adolescente» (Mediapart).

«Une plume qui dit l'indicible sans artifice» (Ouest France).

«Un sujet brûlant à l'heure où la parole se libère, et où elle est trop souvent étouffée. Une lecture parfois douloureuse mais nécessaire» (Le Télégramme).

«Un roman puissant, d'une incroyable violence» (Corse Matin).

«Un texte essentiel pour sensibiliser les adolescents, qui se lit dans un souffle» (Lecture Jeune).

«Long cri de blessure et de révolte poussé dans une langue qui est tout sauf crue ce texte qui gicle de la chair la plus intime déchire à son tour la nôtre» (Livres hebdo).