Livre Quelques minutes après minuit | Gallimard Jeunesse

Siobhan DowdPatrick Ness

Illustré par  Jim Kay

à partir de 12 ans

Quelques minutes après minuit

D'après une idée originale de Siobhan Dowd

Depuis que sa mère est malade, Conor redoute la nuit et ses cauchemars. Quelques minutes après minuit, un monstre apparaît, qui apporte avec lui l'obscurité, le vent et les cris. C'est quelque chose de très ancien, et de sauvage. Le monstre vient chercher la vérité.
«Fascinant... Puissant et remarquable» (Philip Pullman).

CARNEGIE MEDAL 2012.

JUGENDLITERATURPREIS 2012 (Grand prix de la littérature de jeunesse en allemagne) - Prix Spécial du Jury de Jeunes.

Prix Imaginales 2013.

Titre recommandé par le ministère de l'Éducation nationale en classe de 6e.
  • Acheter

    • Livre imprimé 18 €

    • Livre numérique 5 €

  • Détails

Feuilleter

La presse en parle

«C'est un texte à l'encre noire, comme les illustrations qui l'accompagnent, magnifiques de présence et de puissance. C'est un livre lumière aussi, une bouleversante histoire d'amour entre un fils, très jeune, et une mère qui va partir. Fable philosophique, entre réalisme et merveilleux, qui sait aussi jouer de l'humour, "Quelques minutes après minuit" fait partie de ces livres dont on sort grandi» (Télérama).

«Un roman splendide avec une ambiance particulière, formidablement illustrée par Jim Kay» (Pages des Libraires).

«Magistral» (Déclic).

«Ce livre parle de vous, de nous. De la complexité considérable des sentiments humains, de leur ambivalence, de la cruauté et de la beauté de la vie tout à la fois. Il touche à l'intime, au secret, à l'inavouable qui s'immisce et se terre au plus profond de nous. L'auteur sait dire les émotions qui nous traversent et mêle avec une justesse rare la terreur, la douleur, et la rage parfois, à la douceur infinie, l'amour absolu» (Citrouille).

«Ce conte cruel envoûte par sa façon d'évoquer des sujets graves avec un sens rare de la poésie macabre» (20 Minutes- in « Un deuil poétique et fantastique »).

«Un récit douloureux tout autant que lumineux » (Pages des Libraires).

«Une leçon de vie» (Le Parisien).