à partir de 13 ans

Aya de Yopougon - 1

Scénario de Marguerite Abouet. Dessin de Clément Oubrerie

Côte d'Ivoire, 1978. Aya, dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d'Abidjan. Ça sent le début des vacances mais très vite les choses vont commencer à se gâter…

«Dans les années 1970, la vie était douce en Côte d’Ivoire. Il y avait du travail, les hôpitaux étaient équipés et l’école était obligatoire. J’ai eu la chance de connaître cette époque insouciante, où les jeunes n’avaient pas à choisir leur camp trop vite, et ne se préoccupaient que de la vie courante: les études, les parents, les amours… Et c’est cela que je veux raconter dans "Aya", cette Afrique qui subsiste malgré tout car, comme on dit chez nous, «la vie continue»…» (Marguerite Abouet).
Préface d'Anna Gavalda.
Un bonus ivoirien en fin d'ouvrage, avec un lexique, une recette de jus de gingembre et de sauce arachide ou encore la meilleure façon de porter un pagne.

Prix du Meilleur premier album, Angoulême 2006.

Titre recommandé par le ministère de l'Éducation nationale en classe de 4e et 3e.
  • Acheter

    • Livre imprimé 17 €

    • Livre numérique 5 €

  • Détails

Feuilleter

La presse en parle

«C'est malin, hyper vivant, sensible et très humain, dans une VO ivoirienne fort poétique» ("Libération").

«D'origine ivoirienne, Marguerite Abouet raconte l'Afrique de son enfance, loin des guerres, de la famine ou du sida. On rit beaucoup à la lecture de cette chronique tendre et pleine de verve, émaillée d'idiomes rigolos, qu'illustre avec fraîcheur le dessin de Clément Oubrerie» ("Lire").

«Une chronique sensible et pleine d'humour. À dévorer d'urgence» ("Je Bouquine").

«Chauffe le cœur et brûle l'iris» ("Elle").

«Un vrai coup de cœur» ("Le Figaro").

«Marguerite Abouet, à la plume, et Clément Oubrerie, au crayon, allient leur sensibilité pour dépeindre la Côte d'Ivoire des années 1970, celle de l'auteur. Le tout préfacé par Anna Gavalda. Une tendre nouvelle dessinée» ("JDD").

«Attention, auteurs de BD en mal de réussite et autres apprentis dessinateurs sensibles, tournez la page! La simplicité de l'histoire de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie est telle qu'elle peut faire des jaloux...» ("La Charente libre").

«Une plongée dans l'Afrique à la fin des années 1970, sous un éclairage positif, égayée par le nouchi, l'argot français des Ivoiriens à la saveur pimentée» (Muze).

À la une

Vous aimerez aussi