Les premiers pas vers l'écriture

Votre enfant apprend à écrire : quelle merveilleuse aventure !  Grâce à l’écriture, il va pouvoir laisser une trace durable de ce qu’il veut exprimer. Mais c’est en même temps un apprentissage qui met en jeu des compétences multiples et demande rigueur et patience…

Le geste d’écrire

L’écriture implique tout d’abord l’acquisition d’une compétence technique : tenir le crayon, le stylo ou le feutre d’une façon particulière. Pour aider certains enfants à ce stade, il faut savoir qu’il existe des « aide-écriture » qui s’enfilent sur le crayon et guident le placement des doigts. Deuxième étape : le tracé des lettres qui exige coordination et souplesse, sollicitant des mouvements de motricité fine d’une grande complexité. Un long travail en perspective !

Des codes très précis

Ecrire, c’est une compétence linguistique particulière. A la différence de l’oral, on ne peut pas corriger ce que l’on dit en fonction des réactions de celui qui vous écoute. Il faut donc observer des règles : avoir une écriture lisible, bien sûr, mais aussi respecter des normes typographiques (écrire droit, mettre des espaces entre les mots, passer correctement à la ligne…), grammaticales et orthographiques. Contrairement à ce que l’on pense souvent, l’écriture est la meilleure école pour l’acquisition de l’orthographe et non pas seulement la lecture !

De l’école…

L’école se charge – et la plupart du temps fort bien – de l’apprentissage de l’écriture, objectif majeur du CP et du CE1. Dès la petite section de maternelle, une pédagogie douce prépare l’enfant à cette acquisition, au travers d’activités graphiques permettant de développer l’habileté manuelle et de mettre en place des gestes et des réflexes de base. Il ne s’agit pas tant du dessin – excellent pour développer l’imaginaire et servir de support aux premières représentations – que d’exercices mettant en jeu des compétences transférables à l’écriture : formes, alignements, maîtrise de tracés précis, identification des différents types d’écriture.

… à la maison

Rien ne vous empêche d’accompagner votre enfant à la maison en lui proposant dès 2 ans et demi ou 3 ans, des albums pleins de trouvailles qui, au travers de ses héros familiers, encourageront ses premières expériences graphiques. Il existe également, pour chaque niveau de maternelle, des cahiers d’activité conçus par des professionnels pour soutenir l’enfant dans ses premiers apprentissages, tout en l’amusant.

Un petit conseil : si vous sentez votre enfant prêt à aborder l’écriture des lettres, commencez par faire ensemble le geste adéquat en grand dans l’espace avant de dessiner la lettre avec un pinceau ou un feutre sur une feuille volante. Ce qui compte, c’est que l’enfant intègre le parcours graphique exigé par chaque lettre :  au début,  le sens du tracé a bien plus d’importance que le respect scrupuleux d’un modèle.

Ecrire quoi et à qui ?

L’écriture, c’est aussi et surtout – ne l’oublions pas –  une compétence de communication.

A l’école, l’accent est plutôt mis sur le respect de consignes précises et la reproduction de modèles d’écriture pour progresser en fonction du programme. Raison de plus pour privilégier, à la maison, l’expression libre et faire prendre conscience très tôt à l’enfant de l’intérêt, au quotidien, de savoir écrire. Pour avoir envie d’écrire, il faut avoir de bonnes raisons de le faire ! Au début, c’est vous qui écrirez sous la dictée de votre enfant, puis, au fur et à mesure de son avancement, vous le laisserez écrire certaines lettres, certains mots. Multipliez les occasions concrètes et réelles d’écriture : accrocher un panneau avec son prénom à la porte de sa chambre, rédiger une invitation à un anniversaire, envoyer une courte carte postale à un membre de la famille ou à un(e) ami(e), faire une liste de cadeaux pour le Père Noël…

Romancier en herbe…

Au CP, l’enfant pourra devenir, avec votre aide,  l’auteur d’un petit livre illustré. S’il ne sait pas quoi écrire, proposez-lui de démarrer par « Il était une fois… ». Vous encouragerez la construction de son récit en lui demandant de répondre aux questions de base : qui (les personnages). Où et quand ? (l’endroit et l’époque où se déroule l’histoire). Quoi et comment ? (les aventures qui arrivent aux personnages). Ne vous attachez pas à l’orthographe mais au contenu. Pour valoriser son travail, vous pouvez utiliser l’ordinateur et mettre ensemble au propre les textes comme dans un vrai livre, en laissant de la place pour les dessins.

Dans la confiance et la bonne humeur !

Valorisez les progrès de votre enfant sans vous focaliser sur ses difficultés. L’enfant a besoin de sentir qu’il n’est pas le seul à hésiter ou à se tromper et que vous reconnaissez les efforts qu’il fournit. De la patience donc et, de temps à autre, une pointe d’humour pour détendre l’atmosphère, éviteront blocages et crispations inutiles. L’apprentissage de l’écriture demande du temps mais chaque obstacle franchi est un vrai plaisir pour l’enfant… et pour les parents qui, à la fin du CP, mesurent avec étonnement le parcours accompli.

> Retour aux "Conseils de lecture"