Katia Sabet

Katia Sabet

Katia Sabet est née au Caire.
Après des études de droit français, elle enseigne pendant vingt-huit ans la langue et la littérature italienne à l'université du Caire, puis devient journaliste. Elle a toujours aimé écrire et elle est connue au Moyen-Orient pour ses scénarios de feuilletons télévisés. Elle a également participé à l'écriture de quelques longs métrages. Auteur de romans pour adultes et pour la jeunesse, elle a publié chez Gallimard Jeunesse la série "Les sortilèges du Nil" et "Sadi et le général".

«Je suis née au Caire, il y a très longtemps, quand cette ville était encore parcourue par des fiacres somnolents et les rares automobiles en circulation suscitaient l'admiration des badauds. J'ai passé mon enfance entre une maison au bord du désert, dans une banlieue sud du Caire (tellement silencieuse qu'on l'aurait dit habitée par des fantômes), et un bourg italien en Toscane, avec château et donjons. J'étais une fillette solitaire, dont la seule distraction était la lecture. Dans ma maison, les livres ne manquaient pas. Il y avait même une énorme encyclopédie en trente-six volumes, grâce à laquelle j'acquis très tôt un bagage de connaissances hétéroclites. Parfois mes lectures ne me suffisaient pas, et il fallait que je m'invente des personnages imaginaires, aux aventures mirobolantes. Bien avant que je n'apprenne à monter à cheval ou à nager, mes héros galopaient déjà dans le désert ou bien sauvaient une frêle jeune fille des chutes du Zambèze. Cependant je n'écrivais pas encore, et tout cela restait dans ma tête.
Je me suis mariée, j'ai eu des enfants et, pour la première fois, la vie réelle a pris le pas sur la fantaisie. Plus tard j'ai commencé à écrire pour Radio Le Caire une série de courtes pièces inspirées de l'histoire de l'Égypte ancienne, suivie d'une deuxième série tirée des “Mille et Une Nuits”. De la radio, le passage à la télévision et au cinéma ne s'est pas fait attendre. J'ai eu le grand bonheur de voir mes personnages devenir vivants, se mouvoir et parler et vivre enfin les aventures que j'avais imaginées pour eux. Un jour, un producteur m'a demandé d'écrire l'histoire d'un film dont le héros serait un chien particulièrement intelligent et courageux. Le film n'a jamais été tourné, mais le chien Ringo était né, et avec lui Rami et Hammouda, et les aventures que je raconte dans "Les sortilèges du Nil". J'ai eu ainsi un autre grand bonheur, celui de me voir publiée en langue française, par Folio Junior de Gallimard. Depuis, j'aime cette «boîte» comme une maison d'amis… des amis auxquels je ne manque jamais de rendre visite, les rares fois où je vais à Paris.
Au cours des années, Le Caire a beaucoup changé, je ne reconnaissais plus ma ville. Ainsi maintenant je vis dans un village perdu au beau milieu du Delta égyptien, en contact direct avec la nature. Ma maison, une grande bicoque en briques rouges, est entourée d'un beau jardin où le "vrai" Ringo est roi, avec sa progéniture. Les salades du potager ont un goût d'autrefois. Dans les champs qui nous entourent, oiseaux, hérissons, caméléons et renards ne manquent pas. Les souris grignotent parfois le revêtement des fils électriques et nous plongent dans le noir; mais la maison est encore plus belle quand elle est illuminée par les lampes à pétrole» (Katia Sabet).




 ses ouvrages

Le rubis d'Anubis : Sabet, Katia
Les papyrus maudits : Sabet, Katia
Une espionne chez pharaon : Sabet, Katia
Le sorcier de Louxor : Sabet, Katia
Le rubis d'Anubis : Sabet, Katia
Les papyrus maudits : Sabet, Katia
Une espionne chez pharaon : Sabet, Katia
Le sorcier de Louxor : Sabet, Katia
Marwan de la mer Rouge : Sabet, Katia
Le trésor d'Hor Hotep : Sabet, Katia
Marwan de la mer Rouge : Sabet, Katia
Le trésor d'Hor Hotep : Sabet, Katia